Conclusion

 

Le Club nautique de Longueuil, successeur direct du Longueuil Boating Club, est le plus ancien organisme de la sorte dans la province après le Québec Yacht Club, organisé en 1861. Ayant obtenu sa constitution six ans plus tard, le Longueuil Boating Club prenait vue à son tour sur le St-Laurent. À l’époque, le yachting s’établissait dans les principaux pays d’Occident.

Protection de la reine

En Grande-Bretagne, l’ère victorienne fut l’âge d’or des yacht clubs. Signe des temps, lors de son accession au trône, la jeune reine Victoria devint la protectrice en titre du Royal Thames Yacht Club, le plus ancien des yacht clubs britanniques. Aux États-Unis d’Amérique, le New York Yacht Club avait vu le jour en 1844. Quatre ans auparavant, le premier yacht club français avait été fondé au Havre.

Audace et fierté

C’est certes l’exemple de la Grande-Bretagne qui incita des ressortissants britanniques à jeter les bases d’un club nautique à Longueuil, face à Montréal. L’histoire du Longueuil Boating Club est celle d’une passion grandissante. Les fondateurs étaient d’ardents promoteurs des sports nautiques. On voulut y faire participer la femme et l’enfant; celui-ci comme cadet et la première d’abord comme auxiliaire, puis à titre d’associée. Conscient de son prestige, le club demeure l’honneur de la Ville de Longueuil qui l’a toujours appuyé et qui souhaite sa collaboration pour maintenir, face au fleuve, l’image de l’audace des pionniers, qui ont permis de bâtir un pays heureux en sillonnant le St-Laurent, la chanson aux lèvres et la fierté au coeur.

Haut de la page

Retour à l'accueil