Chapitre 3

 

Durant la décennie 1875-1885, le Longueuil Boating Club passera de l’euphorie au découragement le plus total. Pourtant, dès le 28 mai 1875, l’assemblée générale avait pris les moyens d’assurer une relève en admettant dans le club les garçons de moins de 17 ans. Puis, subséquemment, l’adoption d’un uniforme attrayant devait donner aux membres une distinction et un relent d’aventure propices aux défis.

Comme en 1870, la concurrence mit en danger l’existence du Longueuil Boating Club. Mais en 1877, on ne put fusionner.

Place aux jeunes

Ce fut sous la présidence Cotte, réélu commodore le 15 mai 1875, que le club, au cours d’une assemblée générale spéciale, décidait d’admettre des membres junior. Dès que leurs candidatures seraient acceptées par le conseil, les adolescents jouiraient de tous les privilèges des autres membres, à l’exception du droit de vote. La cotisation se chiffrera à cinquante cents par année. Les premiers jeunes à être admis le furent 3 juin, au nombre de quatre, à savoir Gustave et Arthur Pell, George Cook et Ernest Blackmayer.

Deux ans plus tard, un équipage de membres juniors (William Gear, F.P.Foster, F.L.Pell et A.E.Pell) décrochait le championnat de la course d’embarcations à quatre rames, aux régates annuelles de Lachine. Au son de la fanfare municipale, les citoyens de Longueuil accueillirent chaleureusement les vainqueurs; le club fit frapper quatre médailles d’argent en leur honneur.

Le bel uniforme

Les jeunes champions portaient l’uniforme qui avait été adopté à la réunion semi-annuelle du 5 octobre 1875. Il consistait en un pantalon et veston bleu marine avec boutons dorés. une chemise de flanelle, de même couleur, avait un «large col Shakespeare» et était décorée de la façon suivante: deux rangées de câble tressé sur les poignets; une fine étoile rayée à chaque coin du collet le monogramme L.B.C. tissé au côté gauche de la poitrine.

Comme coiffures, on avait le choix entre un chapeau de paille avec ruban noir ou un chapeau de toile rond, similaire à ceux des matelots, avec le nom du bateau du propriétaire inscrit en lettres dorées sur le ruban. On complétait le tout avec un mouchoir de soie noire passé autour du cou et des souliers de toile blanche. Le veston pouvait être porté par les épouses et les fille des membres.

On apprenait le 20 mai 1876 que déjà une trentaine de membres portaient l’uniforme et qu’on prévoyait remplacer le calot ou le chapeau de paille par une casquette.

Dans son rapport du 28 septembre 1875, le secrétaire E.A. Barton avait signalé que le club comptait 117 membres, ce qui était un record (en 1874, il n’y avait 72 membres). On possédait une flotille de quatre bateaux et deux hangars comme abris. De plus, la Compagnie de navigation de Longueuil mettait gratuitement à la disposition du club le steamer Montarville.

Voiliers, canots et chaloupes

Les régates, qui se tenaient hebdomadairement, devinrent bi-mensuelles, de façon, expliquait le secrétaire Barton, à «soutenir l’intérêt général et à pouvoir solliciter des prix». Les garçons, au nombre d’une dizaine, n’étaient pas oubliés dans les programmes de courses. Il y en à toujours au moins une à leur intention. Les régates comprennent une course de voiliers et d’autres de canots et de chaloupes.

Au mois de juillet 1875, des citoyens prestigieux joignent les rangs du club: le Dr Alfred-Charles Pratt et P.-A. Jodoin, maire du village, puis de la ville de Longueuil. Au décès de celui-ci, en décembre 1879, le conseil municipal lui accordait des funérailles civiques «en reconnaissance des services» qu’il avait rendus à la collectivité. Quant au Dr Pratt, médecin et conseiller municipale, il prit une part active à la construction du premier aqueduc de Longueuil.

Résultats de régates

Même s’il y avait eu d’autres régates antérieurement, les premiers résultats notés dans les registres du club, furent ceux des 19 juin et 3 juillet 1875. Les vainqueurs du 19 juin furent le voilier Alice, de J.C. Jenkins,Champion de la course à voile qui parcourut six milles en une heure et deux minutes; l’embarcation Amy, conduite Par J.W.et R.C. Nells qui remporta l’épreuve avec une paire de rames en 19 minutes et demie; et la même embarcation où J.W. Nells s’illustra dans la course avec un aviron, parcourant un mille en 13 minutes.

Le 3 juillet, ce fut le Hattie de A.J. Pell qui gagna la course à voile; R. Piché et D. Lewis, sur le Riffle, remportèrent l’épreuve avec deux avirons, en franchissant deux milles en 18 minutes et demie; à bord du Dart, Lewis parcourut un mille en 11 minutes dans la course avec un aviron; dans le même type de compétitions, chez les juniors, Frank Foster, sur l’Amy, rama un mille en douze minutes et demie.

De Hiawatha à Corinne

Voici à titre de curiosité, les noms des voiliers qui participèrent aux régates du 23 septembre 1876: Hiawatha (L. Smith), Neva (G.E. Roy), Alice (J.C. Jenkins), Electric (G. Lames), Hattie (A.J. Pell), Brilliant (A.W. Glassford), Corinne (A.W. Glassford), Flying Dutchman (R. Lusher), Stranger (E. McGregor), Euroclydon (E.A Barton), Ellie (F. Ferguson), Shooting Star (F.H. Burnett), Ariaduc (J. O’Flaherty), Maude (Dr Brewster). Sous la présidence de E.A. Barton, le 20 mai 1876, il fut décidé de nommer le nouveau inrigger de la flotille du club, le H.E. Jopling, en l’honneur du capitaine Jopling, qui venait d’être réélu à ce poste. Le bateau avait été construit par J.S. Ferguson. Ce James Ferguson faisait partie de la fameuse famille de constructeurs de yachts de la région de Québec.



Loisirs agréables

Le Longueuil Boating Club offrait des distractions à ses membres dans la maison commune; cette partie de croquet sur table en est un exemple.
(Archives de la Société historique du Marigot)



L’année même où le club affronterait une dure concurrence, en 1877, il manifestait en ce 10e anniversaire de fondation une belle vitalité. Selon le rapport du secrétaire G.G. Macpherson, on était passé de 64 membres en 1871 à 122 en 1876. Peu après sa fondation, le club comptait trois embarcations, alors que la flotille en possédait quatre en 1877, à savoir deux outriggers à quatre rames, le William-Notman et le E.A. Barton; deux iniggers à quatre rames, le Youngster et le H.E. Jopling.

Terrible concurrence

Ce fut sous la présidence de W.J.M. Jones, en 1877, que des Montréalais fondèrent le Yacht Club, avec quartier général à Longueuil. Une terrible concurrence s’en suivit au détriment du Longueuil Boating Club qui déclina, malgré des efforts remarquables. Entre autres, en 1878, le club longueuilois prit possession d’une maison commune, modeste mais fort confortable, située sur le côté nord est du est du quai du Grand Tronc, à proximité du garage des bateaux.

La situation ne s’améliora pas. Des régates furent annulées, faute d’inscriptions; des excursions au clair de lune furent ratées en raison d’un manque de planification. Juste avant l’assemblée semi-annuelle du 22 septembre 1877, le président Jones et le secrétaire Ostell remettaient leurs démissions.

W.C. Ravenhill et Thomas Boyd furent élus pour les remplacer. Mais le 4 octobre, Ravenhill refusait à son tour la présidence. À la fin de cette même année 1877, il ne restait que 99 membres, dont 11 juniors. Il y avait un tel manque d’intérêt qu’il fut impossible de tenir une assemblée générale spéciale, faute de quorum, le 29 octobre.

L’année suivante, le 18 mai, a lieu une assemblée annuelle où Ravenhill, élu de noueau président, accepte cette fois les fonctions. Le conseil se compose également de H. Boyd, vice-président; J.E.Wilson, secrétaire; J.F.Walker, trésorier; I. Jenkins, E.A. Barton, E.L. Foster, J.P. Cox, W.J. Gear, I. O’Flaherty et D. Lewis, directeurs. Jenkins est choisi capitaine du club.

Refus des femmes

Ce conseil d’administration, à sa réunion du 25 juin 1878, se vit confronter à des recommandations relatives à l’admission des femmes comme membres, ce qui fut refusé. C’est la première fois dans l’histoire du club que les procès-verbaux abordent cette question. Par ailleurs, le même conseil constatait le 3 juin précédent la baisse de l’intérêt pour la navigation chez les membres.

Dans le but de réveiller cette ardeur, on décidait d’envoyer à bord du William-Notman une équipe de participants aux régates de Newark et de Lachine. À la première aucun trophée ne fut gagné, mais le conseil considéra que le club avait fait sa marque. Au sujet des régates de Lachine, on souhaitait établir comme tradition une participation annuelle, visant à créer une saine émulation.

Les résultats ne se firent pas attendre, surtout après deux régates locales et une série d’excursions au clair de lune bien réussies. À l’assemblée semi-annuelle du 30 septembre 1878, on apprenait que le nombre de membres était passé à 142, dont 14 junior.

Mise en sommeil

Mais ce bel élan se brisa face aux activités du Montreal Yacht Club. L’année 1881 vit la mise en sommeil du Longueuil Boating Club, alors sous la présidence de Thomas Boyd. Le 8 septembre, le conseil d’administration formait un comité ayant «plein pouvoir de disposer de toute la propriété du club excepté la coupe. Le drapeau fut confié au capitaine Riley.

Le 2 juin 1882, lors d’une réunion du conseil d’administration à la maison commune, un comité était constitué pour «vendre les biens du club». Ce comité était composé de Boyd, Lewis, Tracy, Riley et Walker. Gear acquit la coupe du club pour un montant de 30$. Le mât du drapeau fut adjugé au capitaine Riley pour la somme de 5$.

Le conseil d’administration précisa que le comité chargé de la vente des biens devait diviser la somme perçue au prorata parmi les membres du club. Le secrétaire W.R. Foster, après sa signature au bas de son compte rendu, écrivit l’adjectif «final». Ce sera la confiance des jeunes membres, comme on le verra dans le prochain chapitre, qui maintiendra le club dans le sillage de l’histoire.

Haut de la page

Retour à l'accueil